Les questions écologiques ont longtemps été marginalisées, aussi bien dans les champs économique et social, que dans les institutions politiques et administratives. Souvent réduite à la seule protection de l’environnement, l’écologie est devenue un “supplément d’âme” des politiques publiques de la fin du XXe siècle. L’impasse du modèle industriel, consumériste et productiviste a depuis longtemps ouvert la voie et les consciences à la recherche d’un “développement durable” impossible. Pour autant et jusqu’à récemment, l’écologie politique n’a pu exister que de manière discrète, secrète, masquée dans les administrations et institutions, à l’exception de celles qui avaient justement pour objet d’agir pour protéger l’eau, le littoral, l’air, la biodiversité, le climat en réponse aux crises qui se faisaient déjà sentir.

Les vents soufflent aujourd’hui dans un sens différent. Pensons à l’actualité qui nous rappelle chaque semaine les effets du productivisme et du dérèglement climatique. Pensons aux études d’opinion, qui font de l’écologie une priorité des Français.e.s. Pensons aux dernières élections européennes et municipales, qui confirment la montée en puissance des préoccupations écologistes. Pensons enfin aux multiples crises, qu’il s’agisse d’événements climatiques (feux de forêt en Californie, en Australie, en Ukraine, canicules à répétition, chute drastique de la biodiversité, tempêtes, sécheresses, etc.), ou de la crise sanitaire, sociale et économique qui sévit au moment où ces lignes sont écrites, crise causée par l’épidémie de Covid-19 dont l’émergence puis la propagation ont été facilitées par la déforestation massive et un système économique capitaliste globalisé.

La demande politique et les crises majeures, toujours plus nombreuses, engagent chacun et chacune d’entre nous à transformer notre société pour apporter des solutions à ces dérèglements. Elles engagent tout particulièrement les acteurs et les actrices des politiques publiques, celles et ceux qui participent à leur conception et à leur mise en œuvre.

Nous pensons qu’il est temps de mettre en lumière et en réseau ces forces qui veulent engager et accélérer la transition écologique et solidaire, celles et ceux qui agissent pour la mettre en œuvre au quotidien. 
C’est dans cet esprit qu’est né Le Lierre, réseau professionnel visant à la mise en réseau de ces acteurs, à la diffusion des idées écologistes dans la sphère publique et à la constitution d’un espace de ressources (humaines, intellectuelles, etc.). 

Le lierre renvoie l’idée d’une plante persistante et résiliente, capable de s’adapter à de nombreux milieux. Elle peut vivre plusieurs siècles et sous ses feuilles s’abrite une biodiversité remarquable. Symbole de la fidélité et de la vie éternelle depuis l’Antiquité, le lierre grimpant présente plusieurs caractéristiques associées à notre démarche – pousser et grimper tranquillement et durablement, en symbiose avec les êtres vivants qui l’entourent.
Pour faire grandir l’écologie politique et mettre en œuvre la transition vers un monde post-productiviste, nous voulons développer le Lierre à l’image de la plante dont il a pris le nom et cultiver les énergies pour une réinvention du service public qui mette au cœur de ses valeurs la solidarité, l’autonomie des personnes, la responsabilité écologique, la vitalité démocratique et la résilience face aux effondrements en cours.

Centrés sur l’action publique, nous cherchons à connecter les talents, qu’il s’agisse de cadres de la fonction publique (d’État, territoriale ou hospitalière), de collaborateurs et collaboratrices de cabinet, ou encore d’expert.e.s thématiques et chercheur.e.s engagé.e.s dans la transition écologique, sociale et solidaire. 
Notre réseau s’appuie sur celles et ceux qui sont au cœur des politiques publiques, en leur permettant de se rencontrer, de se reconnaître, de mettre en commun des idées, de partager des pratiques, d’élaborer ensemble des contributions sur des sujets en lien avec l’action publique et la transition écologique, d’accompagner les élu.e.s et décideur.se.s dans la mise en œuvre de politiques visant à la transformation écologique, sociale et démocratique de nos sociétés.